follow me on instagram !

Rechercher dans ce blog

3 sept. 2012

ciiiel


inside your head


life


thermal machine

okay, l'ouragan est un peu diminué, mais ça souffle encore.

j'ai oublié depuis combien de semaines je me dis qu'il faut absolument redonner signe de vie ici... ah oui, voilà, des semaines, c'est bien ça. genre, des mois, même ?

aujourd'hui, j'écoute Mark Ronson et Maxïmo Park, waouh, un peu mon neveu ! et les Dandy Warhols aussi, thx to Lady Moriarty, et demain, The death of Anna Karina, thx to my man, qu'est ce que je l'aime.

qu'est ce que je voulais dire ?
je suis sur Instagram, bien sûr avec tout plein de Russes qui me suivent. pourtant moi, les Russes, je ne suis pas spécialement fan (smiley confus). Saint-Pétersbourg, Moscou, oui, je veux bien, mais quand j'aurais visité Berlin, quand je serais retournée à Amsterdam, quand j'aurais parcouru la Californie de fond en comble, Reykjavík, Copenhague, l'Arménie, la Grèce, jusqu'à me noyer dans ses eaux bleues, et je serais morte donc. overdose de feta et de yaourt qu miel et de pastèque et de soleil et de Méditerranée.
et encore.

j'ai pas vu la Mer cette été, ça fait chier mais c'est ainsi.

je me rattrape peut-être avec NY cette année, si pour mon homme, c'est possible. parce que sinon, ce sera Luxembourg ville à fond, et moi, et bien, j'irai en vacances seule. et ce sera ainsi. et ce sera fort bien, tout de même. et la Belgique me gagne toujours un peu plus, chaque jour.
et NY... je veux NY avec lui.

latest news, wishlist, blabla : ce mois ci, je me craque une paire de boots chez Asos, et ce sera ma première fois. purée ! 
j'ai fait un velouté de concombres menthe pour la première fois de ma vie, ce qui veut dire, noter les ingrédients sur une liste de courses, acheter de la menthe, du citron, de l'ail, de la crème, mettre le tout dans un blender, ce qui signifie sortir le blender de sa boîte, et mettre le tout au frais. tout ce brol.
je fais de drôles de trucs depuis que je suis ici. 
 
je délaisse un peu facebook aussi, parce que je m'accroche à ma tablette et je visite Insta comme une tarée, tous les jours, tout le temps. je tombe amoureuse de Christina Caradona, de ses cheveux ! un peu comme tout le monde, quoi. je suis comme tout le monde, hein. je donne un petit nom niais à mon homme, je vais bosser, mon sang me fout en l'air ce mois ci, la vie continue.

ma famille est sur Insta aussi. mon beau-frère, quel talent.
en direct live.
je retourne à Paris le 22.
et le petit chien qui va entrer dans leur famille, et un peu dans la mienne, par extension.
je suis heureuse pour elle, mon petit bout de vie, ma nièce.
parce qu'un chien dans une vie, c'est si bon.
ma vieille Héloïse ma manque toujours.
elle ressemblait à rien, c'était la mienne, j'adorais ses odeurs un peu dégueulasses, quelle dégueulasse.

comme son odeur à lui. et ses joues.
je comprends ma mère à présent quand elle parle de celles de son père.
ce moelleux.

ah, et si tout roule, je commence le sport avec une toute jeune collègue, jeune et jolie et fraîche. parce que, merde, 31 ans, et mon ventre, là, un peu trop moelleux aussi, dans le putain de mauvais sens du terme.

je suis venue, j'ai écrit, je vais poster deux trois photos qui me retournent, et je retourne danser comme une gogole dans mon salon.

merci bien.

(et merci la Russie, et tous ceux qui sont plus ou moins là. ça fait plaisir.)



[LISTENING TO : Shakin, from the album Thirteen Tales From Urban Bohemia - THE DANDY WARHOLS]